2 Corinthiens


2 Corinthiens 1

1.1
Paul, apA?tre de JA�sus Christ par la volontA� de Dieu, et le frA?re TimothA�e, A� l’A�glise de Dieu qui est A� Corinthe, et A� tous les saints qui sont dans toute l’AchaA?e:
1.2
que la grA?ce et la paix vous soient donnA�es de la part de Dieu notre PA?re et du Seigneur JA�sus Christ!
1.3
BA�ni soit Dieu, le PA?re de notre Seigneur JA�sus Christ, le PA?re des misA�ricordes et le Dieu de toute consolation,
1.4
qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l’affliction!
1.5
Car, de mA?me que les souffrances de Christ abondent en nous, de mA?me notre consolation abonde par Christ.
1.6
Si nous sommes affligA�s, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolA�s, c’est pour votre consolation, qui se rA�alise par la patience A� supporter les mA?mes souffrances que nous endurons.
1.7
Et notre espA�rance A� votre A�gard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi A� la consolation.
1.8
Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frA?res, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons A�tA� excessivement accablA�s, au delA� de nos forces, de telle sorte que nous dA�sespA�rions mA?me de conserver la vie.
1.9
Et nous regardions comme certain notre arrA?t de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mA?mes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts.
1.10
C’est lui qui nous a dA�livrA�s et qui nous dA�livrera d’une telle mort, lui de qui nous espA�rons qu’il nous dA�livrera encore,
1.11
vous-mA?mes aussi nous assistant de vos priA?res, afin que la grA?ce obtenue pour nous par plusieurs soit pour plusieurs une occasion de rendre grA?ces A� notre sujet.
1.12
Car ce qui fait notre gloire, c’est ce tA�moignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout A� votre A�gard, avec saintetA� et puretA� devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grA?ce de Dieu.
1.13
Nous ne vous A�crivons pas autre chose que ce que vous lisez, et ce que vous reconnaissez. Et j’espA?re que vous le reconnaA�trez jusqu’A� la fin,
1.14
comme vous avez dA�jA� reconnu en partie que nous sommes votre gloire, de mA?me que vous serez aussi la nA?tre au jour du Seigneur JA�sus.
1.15
Dans cette persuasion, je voulais aller d’abord vers vous, afin que vous eussiez une double grA?ce;
1.16
je voulais passer chez vous pour me rendre en MacA�doine, puis revenir de la MacA�doine chez vous, et vous m’auriez fait accompagner en JudA�e.
1.17
Est-ce que, en voulant cela, j’ai donc usA� de lA�gA?retA�? Ou bien, mes rA�solutions sont-elles des rA�solutions selon la chair, de sorte qu’il y ait en moi le oui et le non?
1.18
Aussi vrai que Dieu est fidA?le, la parole que nous vous avons adressA�e n’a pas A�tA� oui et non.
1.19
Car le Fils de Dieu, JA�sus Christ, qui a A�tA� prA?chA� par nous au milieu de vous, par moi, et par Silvain, et par TimothA�e, n’a pas A�tA� oui et non, mais c’est oui qui a A�tA� en lui;
1.20
car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui; c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcA� par nous A� la gloire de Dieu.
1.21
Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu,
1.22
lequel nous a aussi marquA�s d’un sceau et a mis dans nos coeurs les arrhes de l’Esprit.
1.23
Or, je prends Dieu A� tA�moin sur mon A?me, que c’est pour vous A�pargner que je ne suis plus allA� A� Corinthe;
1.24
non pas que nous dominions sur votre foi, mais nous contribuons A� votre joie, car vous A?tes fermes dans la foi.

2 Corinthiens 2

2.1
Je rA�solus donc en moi-mA?me de ne pas retourner chez vous dans la tristesse.
2.2
Car si je vous attriste, qui peut me rA�jouir, sinon celui qui est attristA� par moi?
2.3
J’ai A�crit comme je l’ai fait pour ne pas A�prouver, A� mon arrivA�e, de la tristesse de la part de ceux qui devaient me donner de la joie, ayant en vous tous cette confiance que ma joie est la vA?tre A� tous.
2.4
C’est dans une grande affliction, le coeur angoissA�, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai A�crit, non pas afin que vous fussiez attristA�s, mais afin que vous connussiez l’amour extrA?me que j’ai pour vous.
2.5
Si quelqu’un a A�tA� une cause de tristesse, ce n’est pas moi qu’il a attristA�, c’est vous tous, du moins en partie, pour ne rien exagA�rer.
2.6
Il suffit pour cet homme du chA?timent qui lui a A�tA� infligA� par le plus grand nombre,
2.7
en sorte que vous devez bien plutA?t lui pardonner et le consoler, de peur qu’il ne soit accablA� par une tristesse excessive.
2.8
Je vous exhorte donc A� faire acte de charitA� envers lui;
2.9
car je vous ai A�crit aussi dans le but de connaA�tre, en vous mettant A� l’A�preuve, si vous A?tes obA�issants en toutes choses.
2.10
Or, A� qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j’ai pardonnA�, si j’ai pardonnA� quelque chose, c’est A� cause de vous, en prA�sence de Christ,
2.11
afin de ne pas laisser A� Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins.
2.12
Au reste, lorsque je fus arrivA� A� Troas pour l’A�vangile de Christ, quoique le Seigneur m’y eA�t ouvert une porte, je n’eus point de repos d’esprit, parce que je ne trouvai pas Tite, mon frA?re;
2.13
c’est pourquoi, ayant pris congA� d’eux, je partis pour la MacA�doine.
2.14
GrA?ces soient rendues A� Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui rA�pand par nous en tout lieu l’odeur de sa connaissance!
2.15
Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvA�s et parmi ceux qui pA�rissent:
2.16
aux uns, une odeur de mort, donnant la mort; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. -Et qui est suffisant pour ces choses? –
2.17
Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs; mais c’est avec sincA�ritA�, mais c’est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu.

2 Corinthiens 3

3.1
CommenA�ons-nous de nouveau A� nous recommander nous-mA?mes? Ou avons-nous besoin, comme quelques-uns, de lettres de recommandation auprA?s de vous, ou de votre part?
3.2
C’est vous qui A?tes notre lettre, A�crite dans nos coeurs, connue et lue de tous les hommes.
3.3
Vous A?tes manifestement une lettre de Christ, A�crite, par notre ministA?re, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les coeurs.
3.4
Cette assurance-lA�, nous l’avons par Christ auprA?s de Dieu.
3.5
Ce n’est pas A� dire que nous soyons par nous-mA?mes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mA?mes. Notre capacitA�, au contraire, vient de Dieu.
3.6
Il nous a aussi rendus capables d’A?tre ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.
3.7
Or, si le ministA?re de la mort, gravA� avec des lettres sur des pierres, a A�tA� glorieux, au point que les fils d’IsraA�l ne pouvaient fixer les regards sur le visage de MoA?se, A� cause de la gloire de son visage, bien que cette gloire fA�t passagA?re,
3.8
combien le ministA?re de l’esprit ne sera-t-il pas plus glorieux!
3.9
Si le ministA?re de la condamnation a A�tA� glorieux, le ministA?re de la justice est de beaucoup supA�rieur en gloire.
3.10
Et, sous ce rapport, ce qui a A�tA� glorieux ne l’a point A�tA�, A� cause de cette gloire qui lui est supA�rieure.
3.11
En effet, si ce qui A�tait passager a A�tA� glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux.
3.12
Ayant donc cette espA�rance, nous usons d’une grande libertA�,
3.13
et nous ne faisons pas comme MoA?se, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d’IsraA�l ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui A�tait passager.
3.14
Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’A� ce jour le mA?me voile demeure quand, ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lA?ve pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaA�t.
3.15
Jusqu’A� ce jour, quand on lit MoA?se, un voile est jetA� sur leurs coeurs;
3.16
mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est A?tA�.
3.17
Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et lA� oA? est l’Esprit du Seigneur, lA� est la libertA�.
3.18
Nous tous qui, le visage dA�couvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformA�s en la mA?me image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

2 Corinthiens 4

4.1
C’est pourquoi, ayant ce ministA?re, selon la misA�ricorde qui nous a A�tA� faite, nous ne perdons pas courage.
4.2
Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n’avons point une conduite astucieuse, et nous n’altA�rons point la parole de Dieu. Mais, en publiant la vA�ritA�, nous nous recommandons A� toute conscience d’homme devant Dieu.
4.3
Si notre A�vangile est encore voilA�, il est voilA� pour ceux qui pA�rissent;
4.4
pour les incrA�dules dont le dieu de ce siA?cle a aveuglA� l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’A�vangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu.
4.5
Nous ne nous prA?chons pas nous-mA?mes; c’est JA�sus Christ le Seigneur que nous prA?chons, et nous nous disons vos serviteurs A� cause de JA�sus.
4.6
Car Dieu, qui a dit: La lumiA?re brillera du sein des tA�nA?bres! a fait briller la lumiA?re dans nos coeurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.
4.7
Nous portons ce trA�sor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuA�e A� Dieu, et non pas A� nous.
4.8
Nous sommes pressA�s de toute maniA?re, mais non rA�duits A� l’extrA�mitA�; dans la dA�tresse, mais non dans le dA�sespoir;
4.9
persA�cutA�s, mais non abandonnA�s; abattus, mais non perdus;
4.10
portant toujours avec nous dans notre corps la mort de JA�sus, afin que la vie de JA�sus soit aussi manifestA�e dans notre corps.
4.11
Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrA�s A� la mort A� cause de JA�sus, afin que la vie de JA�sus soit aussi manifestA�e dans notre chair mortelle.
4.12
Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous.
4.13
Et, comme nous avons le mA?me esprit de foi qui est exprimA� dans cette parole de l’A�criture: J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlA�! nous aussi nous croyons, et c’est pour cela que nous parlons,
4.14
sachant que celui qui a ressuscitA� le Seigneur JA�sus nous ressuscitera aussi avec JA�sus, et nous fera paraA�tre avec vous en sa prA�sence.
4.15
Car tout cela arrive A� cause de vous, afin que la grA?ce en se multipliant, fasse abonder, A� la gloire de Dieu, les actions de grA?ces d’un plus grand nombre.
4.16
C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors mA?me que notre homme extA�rieur se dA�truit, notre homme intA�rieur se renouvelle de jour en jour.
4.17
Car nos lA�gA?res afflictions du moment prA�sent produisent pour nous, au delA� de toute mesure,
4.18
un poids A�ternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais A� celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagA?res, et les invisibles sont A�ternelles.

2 Corinthiens 5

5.1
Nous savons, en effet, que, si cette tente oA? nous habitons sur la terre est dA�truite, nous avons dans le ciel un A�difice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure A�ternelle qui n’a pas A�tA� faite de main d’homme.
5.2
Aussi nous gA�missons dans cette tente, dA�sirant revA?tir notre domicile cA�leste,
5.3
si du moins nous sommes trouvA�s vA?tus et non pas nus.
5.4
Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gA�missons, accablA�s, parce que nous voulons, non pas nous dA�pouiller, mais nous revA?tir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie.
5.5
Et celui qui nous a formA�s pour cela, c’est Dieu, qui nous a donnA� les arrhes de l’Esprit.
5.6
Nous sommes donc toujours pleins de confiance, et nous savons qu’en demeurant dans ce corps nous demeurons loin du Seigneur-
5.7
car nous marchons par la foi et non par la vue,
5.8
nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprA?s du Seigneur.
5.9
C’est pour cela aussi que nous nous efforA�ons de lui A?tre agrA�ables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous le quittions.
5.10
Car il nous faut tous comparaA�tre devant le tribunal de Christ, afin que chacun reA�oive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, A�tant dans son corps.
5.11
Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons A� convaincre les hommes; Dieu nous connaA�t, et j’espA?re que dans vos consciences vous nous connaissez aussi.
5.12
Nous ne nous recommandons pas de nouveau nous-mA?mes auprA?s de vous; mais nous vous donnons occasion de vous glorifier A� notre sujet, afin que vous puissiez rA�pondre A� ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le coeur.
5.13
En effet, si je suis hors de sens, c’est pour Dieu; si je suis de bon sens, c’est pour vous.
5.14
Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts;
5.15
et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mA?mes, mais pour celui qui est mort et ressuscitA� pour eux.
5.16
Ainsi, dA?s maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette maniA?re.
5.17
Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle crA�ature. Les choses anciennes sont passA�es; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
5.18
Et tout cela vient de Dieu, qui nous a rA�conciliA�s avec lui par Christ, et qui nous a donnA� le ministA?re de la rA�conciliation.
5.19
Car Dieu A�tait en Christ, rA�conciliant le monde avec lui-mA?me, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la rA�conciliation.
5.20
Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez rA�conciliA�s avec Dieu!
5.21
Celui qui n’a point connu le pA�chA�, il l’a fait devenir pA�chA� pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

2 Corinthiens 6

6.1
Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons A� ne pas recevoir la grA?ce de Dieu en vain.
6.2
Car il dit: Au temps favorable je t’ai exaucA�, Au jour du salut je t’ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.
6.3
Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministA?re ne soit pas un objet de blA?me.
6.4
Mais nous nous rendons A� tous A�gards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamitA�s, dans les dA�tresses,
6.5
sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeA�nes;
6.6
par la puretA�, par la connaissance, par la longanimitA�, par la bontA�, par un esprit saint, par une charitA� sincA?re,
6.7
par la parole de vA�ritA�, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et dA�fensives de la justice;
6.8
au milieu de la gloire et de l’ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne rA�putation; A�tant regardA�s comme imposteurs, quoique vA�ridiques;
6.9
comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme chA?tiA�s, quoique non mis A� mort;
6.10
comme attristA�s, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possA�dons toutes choses.
6.11
Notre bouche s’est ouverte pour vous, Corinthiens, notre coeur s’est A�largi.
6.12
Vous n’A?tes point A� l’A�troit au dedans de nous; mais vos entrailles se sont rA�trA�cies.
6.13
Rendez-nous la pareille, -je vous parle comme A� mes enfants, -A�largissez-vous aussi!
6.14
Ne vous mettez pas avec les infidA?les sous un joug A�tranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquitA�? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumiA?re et les tA�nA?bres?
6.15
Quel accord y a-t-il entre Christ et BA�lial? ou quelle part a le fidA?le avec l’infidA?le?
6.16
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
6.17
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et sA�parez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas A� ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
6.18
Je serai pour vous un pA?re, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout puissant.

2 Corinthiens 7

7.1
Ayant donc de telles promesses, bien-aimA�s, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.
7.2
Donnez-nous une place dans vos coeurs! Nous n’avons fait tort A� personne, nous n’avons ruinA� personne, nous n’avons tirA� du profit de personne.
7.3
Ce n’est pas pour vous condamner que je parle de la sorte; car j’ai dA�jA� dit que vous A?tes dans nos coeurs A� la vie et A� la mort.
7.4
J’ai une grande confiance en vous, j’ai tout sujet de me glorifier de vous; je suis rempli de consolation, je suis comblA� de joie au milieu de toutes nos tribulations.
7.5
Car, depuis notre arrivA�e en MacA�doine, notre chair n’eut aucun repos; nous A�tions affligA�s de toute maniA?re: luttes au dehors, craintes au dedans.
7.6
Mais Dieu, qui console ceux qui sont abattus, nous a consolA�s par l’arrivA�e de Tite,
7.7
et non seulement par son arrivA�e, mais encore par la consolation que Tite lui-mA?me ressentait A� votre sujet: il nous a racontA� votre ardent dA�sir, vos larmes, votre zA?le pour moi, en sorte que ma joie a A�tA� d’autant plus grande.
7.8
Quoique je vous aie attristA�s par ma lettre, je ne m’en repens pas. Et, si je m’en suis repenti, -car je vois que cette lettre vous a attristA�s, bien que momentanA�ment, –
7.9
je me rA�jouis A� cette heure, non pas de ce que vous avez A�tA� attristA�s, mais de ce que votre tristesse vous a portA�s A� la repentance; car vous avez A�tA� attristA�s selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage.
7.10
En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance A� salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort.
7.11
Et voici, cette mA?me tristesse selon Dieu, quel empressement n’a-t-elle pas produit en vous! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel dA�sir ardent, quel zA?le, quelle punition! Vous avez montrA� A� tous A�gards que vous A�tiez purs dans cette affaire.
7.12
Si donc je vous ai A�crit, ce n’A�tait ni A� cause de celui qui a fait l’injure, ni A� cause de celui qui l’a reA�ue; c’A�tait afin que votre empressement pour nous fA�t manifestA� parmi vous devant Dieu.
7.13
C’est pourquoi nous avons A�tA� consolA�s. Mais, outre notre consolation, nous avons A�tA� rA�jouis beaucoup plus encore par la joie de Tite, dont l’esprit a A�tA� tranquillisA� par vous tous.
7.14
Et si devant lui je me suis un peu glorifiA� A� votre sujet, je n’en ai point eu de confusion; mais, comme nous vous avons toujours parlA� selon la vA�ritA�, ce dont nous nous sommes glorifiA�s auprA?s de Tite s’est trouvA� A?tre aussi la vA�ritA�.
7.15
Il A�prouve pour vous un redoublement d’affection, au souvenir de votre obA�issance A� tous, et de l’accueil que vous lui avez fait avec crainte et tremblement.
7.16
Je me rA�jouis de pouvoir en toutes choses me confier en vous.

2 Corinthiens 8

8.1
Nous vous faisons connaA�tre, frA?res, la grA?ce de Dieu qui s’est manifestA�e dans les A�glises de la MacA�doine.
8.2
Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont A�prouvA�es, leur joie dA�bordante et leur pauvretA� profonde ont produit avec abondance de riches libA�ralitA�s de leur part.
8.3
Ils ont, je l’atteste, donnA� volontairement selon leurs moyens, et mA?me au delA� de leurs moyens,
8.4
nous demandant avec de grandes instances la grA?ce de prendre part A� l’assistance destinA�e aux saints.
8.5
Et non seulement ils ont contribuA� comme nous l’espA�rions, mais ils se sont d’abord donnA�s eux-mA?mes au Seigneur, puis A� nous, par la volontA� de Dieu.
8.6
Nous avons donc engagA� Tite A� achever chez vous cette oeuvre de bienfaisance, comme il l’avait commencA�e.
8.7
De mA?me que vous excellez en toutes choses, en foi, en parole, en connaissance, en zA?le A� tous A�gards, et dans votre amour pour nous, faites en sorte d’exceller aussi dans cette oeuvre de bienfaisance.
8.8
Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour A�prouver, par le zA?le des autres, la sincA�ritA� de votre charitA�.
8.9
Car vous connaissez la grA?ce de notre Seigneur JA�sus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il A�tait, afin que par sa pauvretA� vous fussiez enrichis.
8.10
C’est un avis que je donne lA�-dessus, car cela vous convient, A� vous qui non seulement avez commencA� A� agir, mais qui en avez eu la volontA� dA?s l’annA�e derniA?re.
8.11
Achevez donc maintenant d’agir, afin que l’accomplissement selon vos moyens rA�ponde A� l’empressement que vous avez mis A� vouloir.
8.12
La bonne volontA�, quand elle existe, est agrA�able en raison de ce qu’elle peut avoir A� sa disposition, et non de ce qu’elle n’a pas.
8.13
Car il s’agit, non de vous exposer A� la dA�tresse pour soulager les autres, mais de suivre une rA?gle d’A�galitA�: dans la circonstance prA�sente votre superflu pourvoira A� leurs besoins,
8.14
afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vA?tres, en sorte qu’il y ait A�galitA�,
8.15
selon qu’il est A�crit: Celui qui avait ramassA� beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassA� peu n’en manquait pas.
8.16
GrA?ces soient rendues A� Dieu de ce qu’il a mis dans le coeur de Tite le mA?me empressement pour vous;
8.17
car il a accueilli notre demande, et c’est avec un nouveau zA?le et de son plein grA� qu’il part pour aller chez vous.
8.18
Nous envoyons avec lui le frA?re dont la louange en ce qui concerne l’A�vangile est rA�pandue dans toutes les A�glises,
8.19
et qui, de plus, a A�tA� choisi par les A�glises pour A?tre notre compagnon de voyage dans cette oeuvre de bienfaisance, que nous accomplissons A� la gloire du Seigneur mA?me et en tA�moignage de notre bonne volontA�.
8.20
Nous agissons ainsi, afin que personne ne nous blA?me au sujet de cette abondante collecte, A� laquelle nous donnons nos soins;
8.21
car nous recherchons ce qui est bien, non seulement devant le Seigneur, mais aussi devant les hommes.
8.22
Nous envoyons avec eux notre frA?re, dont nous avons souvent A�prouvA� le zA?le dans beaucoup d’occasions, et qui en montre plus encore cette fois A� cause de sa grande confiance en vous.
8.23
Ainsi, pour ce qui est de Tite, il est notre associA� et notre compagnon d’oeuvre auprA?s de vous; et pour ce qui est de nos frA?res, ils sont les envoyA�s des A�glises, la gloire de Christ.
8.24
Donnez-leur donc, A� la face des A�glises, la preuve de votre charitA�, et montrez-leur que nous avons sujet de nous glorifier de vous.

2 Corinthiens 9

9.1
Il est superflu que je vous A�crive touchant l’assistance destinA�e aux saints.
9.2
Je connais, en effet, votre bonne volontA�, dont je me glorifie pour vous auprA?s des MacA�doniens, en dA�clarant que l’AchaA?e est prA?te depuis l’annA�e derniA?re; et ce zA?le de votre part a stimulA� le plus grand nombre.
9.3
J’envoie les frA?res, afin que l’A�loge que nous avons fait de vous ne soit pas rA�duit A� nA�ant sur ce point-lA�, et que vous soyez prA?ts, comme je l’ai dit.
9.4
Je ne voudrais pas, si les MacA�doniens m’accompagnent et ne vous trouvent pas prA?ts, que cette assurance tournA?t A� notre confusion, pour ne pas dire A� la vA?tre.
9.5
J’ai donc jugA� nA�cessaire d’inviter les frA?res A� se rendre auparavant chez vous, et A� s’occuper de votre libA�ralitA� dA�jA� promise, afin qu’elle soit prA?te, de maniA?re A� A?tre une libA�ralitA�, et non un acte d’avarice.
9.6
Sachez-le, celui qui sA?me peu moissonnera peu, et celui qui sA?me abondamment moissonnera abondamment.
9.7
Que chacun donne comme il l’a rA�solu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.
9.8
Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grA?ces, afin que, possA�dant toujours en toutes choses de quoi satisfaire A� tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre,
9.9
selon qu’il est A�crit: Il a fait des largesses, il a donnA� aux indigents; Sa justice subsiste A� jamais.
9.10
Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.
9.11
Vous serez de la sorte enrichis A� tous A�gards pour toute espA?ce de libA�ralitA�s qui, par notre moyen, feront offrir A� Dieu des actions de grA?ces.
9.12
Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grA?ces envers Dieu.
9.13
En considA�ration de ce secours dont ils font l’expA�rience, ils glorifient Dieu de votre obA�issance dans la profession de l’A�vangile de Christ, et de la libA�ralitA� de vos dons envers eux et envers tous;
9.14
ils prient pour vous, parce qu’ils vous aiment A� cause de la grA?ce A�minente que Dieu vous a faite.
9.15
GrA?ces soient rendues A� Dieu pour son don ineffable!

2 Corinthiens 10

10.1
Moi Paul, je vous prie, par la douceur et la bontA� de Christ, -moi, humble d’apparence quand je suis au milieu de vous, et plein de hardiesse A� votre A�gard quand je suis A�loignA�, –
10.2
je vous prie, lorsque je serai prA�sent, de ne pas me forcer A� recourir avec assurance A� cette hardiesse, dont je me propose d’user contre quelques-uns qui nous regardent comme marchant selon la chair.
10.3
Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair.
10.4
Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
10.5
Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’A�lA?ve contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensA�e captive A� l’obA�issance de Christ.
10.6
Nous sommes prA?ts aussi A� punir toute dA�sobA�issance, lorsque votre obA�issance sera complA?te.
10.7
Vous regardez A� l’apparence! Si quelqu’un se persuade qu’il est de Christ, qu’il se dise bien en lui-mA?me que, comme il est de Christ, nous aussi nous sommes de Christ.
10.8
Et quand mA?me je me glorifierais un peu trop de l’autoritA� que le Seigneur nous a donnA�e pour votre A�dification et non pour votre destruction, je ne saurais en avoir honte,
10.9
afin que je ne paraisse pas vouloir vous intimider par mes lettres.
10.10
Car, dit-on, ses lettres sont sA�vA?res et fortes; mais, prA�sent en personne, il est faible, et sa parole est mA�prisable.
10.11
Que celui qui parle de la sorte considA?re que tels nous sommes en paroles dans nos lettres, A�tant absents, tels aussi nous sommes dans nos actes, A�tant prA�sents.
10.12
Nous n’osons pas nous A�galer ou nous comparer A� quelques-uns de ceux qui se recommandent eux-mA?mes. Mais, en se mesurant A� leur propre mesure et en se comparant A� eux-mA?mes, ils manquent d’intelligence.
10.13
Pour nous, nous ne voulons pas nous glorifier hors de toute mesure; nous prendrons, au contraire, pour mesure les limites du partage que Dieu nous a assignA�, de maniA?re A� nous faire venir aussi jusqu’A� vous.
10.14
Nous ne dA�passons point nos limites, comme si nous n’A�tions pas venus jusqu’A� vous; car c’est bien jusqu’A� vous que nous sommes arrivA�s avec l’A�vangile de Christ.
10.15
Ce n’est pas hors de toute mesure, ce n’est pas des travaux d’autrui, que nous nous glorifions; mais c’est avec l’espA�rance, si votre foi augmente, de grandir encore d’avantage parmi vous, selon les limites qui nous sont assignA�es,
10.16
et d’annoncer l’A�vangile au delA� de chez vous, sans nous glorifier de ce qui a A�tA� fait dans les limites assignA�es A� d’autres.
10.17
Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.
10.18
Car ce n’est pas celui qui se recommande lui-mA?me qui est approuvA�, c’est celui que le Seigneur recommande.

2 Corinthiens 11

11.1
Oh! si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie! Mais vous, me supportez!
11.2
Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancA�s A� un seul A�poux, pour vous prA�senter A� Christ comme une vierge pure.
11.3
Toutefois, de mA?me que le serpent sA�duisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensA�es ne se corrompent et ne se dA�tournent de la simplicitA� A� l’A�gard de Christ.
11.4
Car, si quelqu’un vient vous prA?cher un autre JA�sus que celui que nous avons prA?chA�, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reA�u, ou un autre A�vangile que celui que vous avez embrassA�, vous le supportez fort bien.
11.5
Or, j’estime que je n’ai A�tA� infA�rieur en rien A� ces apA?tres par excellence.
11.6
Si je suis un ignorant sous le rapport du langage, je ne le suis point sous celui de la connaissance, et nous l’avons montrA� parmi vous A� tous A�gards et en toutes choses.
11.7
Ou bien, ai-je commis un pA�chA� parce que, m’abaissant moi-mA?me afin que vous fussiez A�levA�s, je vous ai annoncA� gratuitement l’A�vangile de Dieu?
11.8
J’ai dA�pouillA� d’autres A�glises, en recevant d’elles un salaire, pour vous servir. Et lorsque j’A�tais chez vous et que je me suis trouvA� dans le besoin, je n’ai A�tA� A� charge A� personne;
11.9
car les frA?res venus de MacA�doine ont pourvu A� ce qui me manquait. En toutes choses je me suis gardA� de vous A?tre A� charge, et je m’en garderai.
11.10
Par la vA�ritA� de Christ qui est en moi, je dA�clare que ce sujet de gloire ne me sera pas enlevA� dans les contrA�es de l’AchaA?e.
11.11
Pourquoi?… Parce que je ne vous aime pas?… Dieu le sait!
11.12
Mais j’agis et j’agirai de la sorte, pour A?ter ce prA�texte A� ceux qui cherchent un prA�texte, afin qu’ils soient trouvA�s tels que nous dans les choses dont ils se glorifient.
11.13
Ces hommes-lA� sont de faux apA?tres, des ouvriers trompeurs, dA�guisA�s en apA?tres de Christ.
11.14
Et cela n’est pas A�tonnant, puisque Satan lui-mA?me se dA�guise en ange de lumiA?re.
11.15
Il n’est donc pas A�trange que ses ministres aussi se dA�guisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres.
11.16
Je le rA�pA?te, que personne ne me regarde comme un insensA�; sinon, recevez-moi comme un insensA�, afin que moi aussi, je me glorifie un peu.
11.17
Ce que je dis, avec l’assurance d’avoir sujet de me glorifier, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme par folie.
11.18
Puisqu’il en est plusieurs qui se glorifient selon la chair, je me glorifierai aussi.
11.19
Car vous supportez volontiers les insensA�s, vous qui A?tes sages.
11.20
Si quelqu’un vous asservit, si quelqu’un vous dA�vore, si quelqu’un s’empare de vous, si quelqu’un est arrogant, si quelqu’un vous frappe au visage, vous le supportez.
11.21
J’ai honte de le dire, nous avons montrA� de la faiblesse. Cependant, tout ce que peut oser quelqu’un, -je parle en insensA�, -moi aussi, je l’ose!
11.22
Sont-ils HA�breux? Moi aussi. Sont-ils IsraA�lites? Moi aussi. Sont-ils de la postA�ritA� d’Abraham? Moi aussi.
11.23
Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort,
11.24
cinq fois j’ai reA�u des Juifs quarante coups moins un,
11.25
trois fois j’ai A�tA� battu de verges, une fois j’ai A�tA� lapidA�, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passA� un jour et une nuit dans l’abA�me.
11.26
FrA�quemment en voyage, j’ai A�tA� en pA�ril sur les fleuves, en pA�ril de la part des brigands, en pA�ril de la part de ceux de ma nation, en pA�ril de la part des paA?ens, en pA�ril dans les villes, en pA�ril dans les dA�serts, en pA�ril sur la mer, en pA�ril parmi les faux frA?res.
11.27
J’ai A�tA� dans le travail et dans la peine, exposA� A� de nombreuses veilles, A� la faim et A� la soif, A� des jeA�nes multipliA�s, au froid et A� la nuditA�.
11.28
Et, sans parler d’autres choses, je suis assiA�gA� chaque jour par les soucis que me donnent toutes les A�glises.
11.29
Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient A� tomber, que je ne brA�le?
11.30
S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai!
11.31
Dieu, qui est le PA?re du Seigneur JA�sus, et qui est bA�ni A�ternellement, sait que je ne mens point!…
11.32
A Damas, le gouverneur du roi ArA�tas faisait garder la ville des DamascA�niens, pour se saisir de moi;
11.33
mais on me descendit par une fenA?tre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j’A�chappai de leurs mains.

2 Corinthiens 12

12.1
Il faut se glorifier… Cela n’est pas bon. J’en viendrai nA�anmoins A� des visions et A� des rA�vA�lations du Seigneur.
12.2
Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisiA?me ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait).
12.3
Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait)
12.4
fut enlevA� dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis A� un homme d’exprimer.
12.5
Je me glorifierai d’un tel homme, mais de moi-mA?me je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmitA�s.
12.6
Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensA�, car je dirais la vA�ritA�; mais je m’en abstiens, afin que personne n’ait A� mon sujet une opinion supA�rieure A� ce qu’il voit en moi ou A� ce qu’il entend de moi.
12.7
Et pour que je ne sois pas enflA� d’orgueil, A� cause de l’excellence de ces rA�vA�lations, il m’a A�tA� mis une A�charde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empA?cher de m’enorgueillir.
12.8
Trois fois j’ai priA� le Seigneur de l’A�loigner de moi,
12.9
et il m’a dit: Ma grA?ce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.
12.10
C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamitA�s, dans les persA�cutions, dans les dA�tresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.
12.11
J’ai A�tA� un insensA�: vous m’y avez contraint. C’est par vous que je devais A?tre recommandA�, car je n’ai A�tA� infA�rieur en rien aux apA?tres par excellence, quoique je ne sois rien.
12.12
Les preuves de mon apostolat ont A�clatA� au milieu de vous par une patience A� toute A�preuve, par des signes, des prodiges et des miracles.
12.13
En quoi avez-vous A�tA� traitA�s moins favorablement que les autres A�glises, sinon en ce que je ne vous ai point A�tA� A� charge? Pardonnez-moi ce tort.
12.14
Voici, pour la troisiA?me fois je suis prA?t A� aller chez vous, et je ne vous serai point A� charge; car ce ne sont pas vos biens que je cherche, c’est vous-mA?mes. Ce n’est pas, en effet, aux enfants A� amasser pour leurs parents, mais aux parents pour leurs enfants.
12.15
Pour moi, je dA�penserai trA?s volontiers, et je me dA�penserai moi-mA?me pour vos A?mes, dussA�-je, en vous aimant davantage, A?tre moins aimA� de vous.
12.16
Soit! je ne vous ai point A�tA� A� charge; mais, en homme astucieux, je vous ai pris par ruse!
12.17
Ai-je tirA� du profit de vous par quelqu’un de ceux que je vous ai envoyA�s?
12.18
J’ai engagA� Tite A� aller chez vous, et avec lui j’ai envoyA� le frA?re: est-ce que Tite a exigA� quelque chose de vous? N’avons-nous pas marchA� dans le mA?me esprit, sur les mA?mes traces?
12.19
Vous vous imaginez depuis longtemps que nous nous justifions auprA?s de vous. C’est devant Dieu, en Christ, que nous parlons; et tout cela, bien-aimA�s, nous le disons pour votre A�dification.
12.20
Car je crains de ne pas vous trouver, A� mon arrivA�e, tels que je voudrais, et d’A?tre moi-mA?me trouvA� par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animositA�s, des cabales, des mA�disances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles.
12.21
Je crains qu’A� mon arrivA�e mon Dieu ne m’humilie de nouveau A� votre sujet, et que je n’aie A� pleurer sur plusieurs de ceux qui ont pA�chA� prA�cA�demment et qui ne se sont pas repentis de l’impuretA�, de l’impudicitA� et des dissolutions auxquelles ils se sont livrA�s.

2 Corinthiens 13

13.1
Je vais chez vous pour la troisiA?me fois. Toute affaire se rA�glera sur la dA�claration de deux ou de trois tA�moins.
13.2
Lorsque j’A�tais prA�sent pour la seconde fois, j’ai dA�jA� dit, et aujourd’hui que je suis absent je dis encore d’avance A� ceux qui ont pA�chA� prA�cA�demment et A� tous les autres que, si je retourne chez vous, je n’userai d’aucun mA�nagement,
13.3
puisque vous cherchez une preuve que Christ parle en moi, lui qui n’est pas faible A� votre A�gard, mais qui est puissant parmi vous.
13.4
Car il a A�tA� crucifiA� A� cause de sa faiblesse, mais il vit par la puissance de Dieu; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous.
13.5
Examinez-vous vous mA?mes, pour savoir si vous A?tes dans la foi; A�prouvez-vous vous-mA?mes. Ne reconnaissez-vous pas que JA�sus Christ est en vous? A� moins peut-A?tre que vous ne soyez rA�prouvA�s.
13.6
Mais j’espA?re que vous reconnaA�trez que nous, nous ne sommes pas rA�prouvA�s.
13.7
Cependant nous prions Dieu que vous ne fassiez rien de mal, non pour paraA�tre nous-mA?mes approuvA�s, mais afin que vous pratiquiez ce qui est bien et que nous, nous soyons comme rA�prouvA�s.
13.8
Car nous n’avons pas de puissance contre la vA�ritA�; nous n’en avons que pour la vA�ritA�.
13.9
Nous nous rA�jouissons lorsque nous sommes faibles, tandis que vous A?tes forts; et ce que nous demandons dans nos priA?res, c’est votre perfectionnement.
13.10
C’est pourquoi j’A�cris ces choses A�tant absent, afin que, prA�sent, je n’aie pas A� user de rigueur, selon l’autoritA� que le Seigneur m’a donnA�e pour l’A�dification et non pour la destruction.
13.11
Au reste, frA?res, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un mA?me sentiment, vivez en paix; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
13.12
Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser.
13.12b
(13:12b) Tous les saints vous saluent.
13.13
(13:13) Que la grA?ce du Seigneur JA�sus Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint Esprit, soient avec vous tous!