“Couronné d’épines” par Joseph Tkach

14 Nov 2011   

Jésus accepta volontairement d’être rejeté. Il accepta même d’être couronné d’épines afin de participer à la souffrance amère qu’endurent tous les êtres humains, pour que nous puissions franchir avec Lui la porte qui nous séparera à tout jamais de ce monde de douleurs.

Au cours de Son procès, alors que Sa vie était en jeu, les soldats tressèrent une couronne d’épines et la posèrent brutalement sur la tête de Jésus (Jean 19 : 2). Ils Le revêtirent d’un manteau de pourpre et se moquèrent de Lui en disant : Salut, Roi des Juifs !…, tout en Le frappant et Le rouant de coups.

Les soldats se gaussèrent de Lui ; les évangiles incluent cet épisode et en font une partie importante du procès de Jésus. Pourquoi ? Je pense que les Évangélistes ont jugé bon d’en parler pour souligner l’ironie qu’il revêt : Jésus est le Roi, et cependant Son règne à venir sera précédé d’un temps de rejet, de moquerie et de souffrance. Il porte une couronne d’épines parce qu’Il est le Souverain d’un monde rempli de souffrances ; et Il établit Son droit à régner en vivant Lui-même la souffrance. Il fut couronné (signe d’autorité) d’épines (signe de grande souffrance).

Une signification pour nous aujourd’hui

La couronne d’épines revêt une signification pour nos vies aussi. Cette couronne d’épines n’est pas comme la scène dans un film qui nous toucherait à la vue des souffrances que Jésus a endurées pour devenir notre Sauveur. Jésus a dit que si nous voulions Le suivre, nous devions chaque jour porter notre croix (Luc 9 : 23). Il aurait tout aussi bien pu dire que nous devons nous aussi porter une couronne d’épines puisque nous communions aux atroces souffrances de Jésus (I Pierre 1 : 21).

La couronne d’épines a une importance pour Jésus, tout comme elle en a une pour tout individu qui suit Jésus. Comme le décrit la Genèse, Adam et Ève ont rejeté Dieu et décidèrent de faire l’expérience du bien et du mal, mais mal leur en prit (Genèse 3 : 18). Symboliquement, les épines et les ronces sont les conséquences du péché.

Il n’y a rien de mal dans le fait de connaître la différence entre le bien et le mal, mais l’expérience du mal est une route pavée d’épines et de souffrances. Lorsque Jésus est venu proclamer la venue du royaume de Dieu, il n’est pas surprenant que l’humanité, coupée de Dieu, Le rejeta, et que ce rejet s’exprima dans les épines et la mort.

Sans résister, Jésus accepta d’être rejeté et accepta la couronne d’épines comme partie intégrante de Son oeuvre salvatrice. En Son temps, Jésus, le second Adam (Romains 5 : 12-19) accepta de subir tous les châtiments qu’on a voulu Lui infliger afin qu’ainsi, Il puisse nous racheter de ce monde rempli d’épines et d’impiétés.

Le monde à venir sera dirigé par Jésus, Fils de l’homme, qui a déjà traversé, victorieux, la route terrestre parsemée d’épines (Genèse 3 : 17), et ceux qui Lui auront été fidèles prendront place à Ses côtés dans Son Royaume (Apocalypse 5 : 10 ; 22 : 5).

Nous avons tous notre couronne d’épines, et nous avons tous une croix à porter. Nous vivons tous dans un siècle qui a tant besoin de l’Évangile, et nous participons à ses souffrances et à ses chagrins. Mais la couronne d’épines et la croix de la mort ont trouvé leur Maître en Jésus-Christ qui nous lance une invitation encourageante par les paroles suivantes : Venez à moi, vous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos A?mes, car mon joug est doux et mon fardeau léger  (Matthieu 11 : 28-29 ).